Medias-soustitres

Le portail de référence sur le sous-titrage

Accueil > Dossiers > Les chiffres du sous-titrage > 2006

2006

Dossiers

Analogique

JPEG - 26.9 ko

17040 heures de sous-titrage en 2006 sur les chaines analogiques.

TF1
La part des programmes sous-titrés sur TF1 a connu une grosse progression en 2006. 3838 heures, soit 49% des programmes hors publicités, ont en effet été rendus accessibles. Cela correspond à une augmentation de 1563 heures par rapport à 2005 (+68% !).
Le CSA rappelle que si l’obligation actuelle de TF1 est fixée à 1000 heures, 100% des programmes hors publicités devront être accessibles d’ici 2010.

France 2
Les CSA est content ! "Pour la première année, plus de la moitié des programmes diffusés par France 2 sont accessibles aux personnes sourdes ou malentendantes. La chaîne a veillé à la diversité des genres offerts (fiction, information, documentaires, magazines, émissions de divertissement…), avec plus de 3 000 heures de programmes inédits et près de 900 heures de programmes sous-titrés en direct, dont 286 heures de sport."
4225 heures, soit 51,8% des programmes hors pubs, étaient accessibles en 2006. Cela correspond à une augmentation de 656 heures (+18%) par rapport à 2005. Le CSA a relevé en 2006 873 heures 30 de sous-titrage en direct (465 heures 36 de JT et 286 heures de sport). Septembre 2006 marque la disparition du flash en langue des signes de 11.00 qui laisse sa place à 2 éditions signées et sous-titrées dans Télématin (à 06.30 et 08.45). Ces flashes ont occupé 19 heures 41 de l’antenne en 2006.
Le CSA souligne enfin plusieurs "éléments notables" :
- Le sous-titrage d’émissions spéciales comme l’audition du juge Burgaud, le 8 février, ou le débat diffusé à la suite du documentaire Chirac le vieux lion, le 24 octobre,
- Le sous-titrage des émissions pour la jeunesse (442 heures de programmes pour la jeunesse accessibles en 2006) ;
- La diversité des genres accessibles : l’ensemble des genres est représenté, aucune catégorie de programme n’est exclue ;
- L’augmentation continue de l’offre de programmes inédits (3 028 heures en 2006 contre 2 598 heures en 2005).

France 3
"France 3 a continué de consentir en la matière un effort important en 2006 (+ 39%) en sous-titrant 4 766 heures de programmes, soit 1 327 heures de plus qu’en 2005". Satisfaction également en ce qui concerne France 3 qui sous-titre des programmes variés et une "large majorité des émissions" estimée à 54,4% par le Conseil (contre 39% en 2005). Contrairement au CSA, nous intégrons les 83 heures de sous-titrage des Questions au gouvernement (qui sont de plus traduites en LSF lors des séances à l’Assemblée Nationale) pour un total de 4849 heures accessibles en 2006. Cela nous donne une augmentation de 1410 heures (+41%) par rapport à l’année précédente. 62% de l’ensemble des programmes diffusés (hors émissions régionales et écrans publicitaires) ont été accessibles.
Clin d’oeil aussi traditionnel que mystérieux à "C’est pas sorcier", dont toutes les diffusions sont sous-titrées. Le CSA relève enfin 52 heures de programmes en version originale sous-titrée (dont 44 heures pendant le "cinéma de minuit").

France 5 (6h/19h)
2546 heures accessibles en 2006. Le CSA "salue" cette augmentation de 542 heures (+27%) des programmes sous-titrés ou langue des signes. Rappelons, en effet, que France 5 diffuse trois fois par mois "L’oeil et la main", magazine conèu pour la communauté sourde et proposé en LSF.
Le CSA rappelle l’engagement de France Télévisions à proposer 50% de programmes accessibles d’ici fin 2006. 44% des programmes étaient accessibles sur la tranche 3h/19h. L’objectif de 2260 sur la tranche 6h/19h (fixé par le conseil d’administration en janvier 2006) est en tout cas atteint.
Le Conseil signale enfin que "la chaîne a sous-titré ses cases d’animation, environ 75% de ses documentaires ainsi que de nombreux magazines : Les Escapades gourmandes, Silence ça pousse, Question maison, Les Maternelles et On n’est pas que des parents."

M6
Il est désormais courant de retrouver des programmes sous-titrés sur M6, tout particulièrement pendant les programmes jeunesse comme la convention de la chaine le stipule.
En 2006, 1582 heures de programmes ont été accesssibles soit 20% de la grille (hors pubs). C’est 466 heures de plus qu’en 2005 (+42%). 20% des programmes
Que voir sur M6 ? Essentiellement des fictions américaines résume le CSA. La répartition en matière de fiction s’est faite de cette façon en 2006 :
- 1% des films (contre 2% en 2005)
- 19% des séries de 26 minutes (contre 21% en 2005)
- 18% des téléfilms et mini-séries (contre 17% en 2005)
- 48% de séries de 52 minutes (contre 59% en 2005)
- 14% des dessins animés (contre 1% en 2005)
Ces 120 heures supplémentaires de sous-titrage pour les dessins animés satisfont le CSA qui souligne que M6 se conforme à sa convention "contrairement aux années précédentes".

Canal +
À venir


TNT

Direct 8
Direct 8, numéro 1 ! Avec ses 295 heures de sous-titrage en 2006 (205 heures d’émissions et 90 heures de films), c’est Direct 8 qui a proposé le plus de programmes sous-titrés sur la TNT. La chaine devait sous-titrer 3% de ses programmes de par sa convention. Le CSA arrive à 2,34% d’émissions sous-titrées plus 1% de films en version originale. L’obligation est donc satisfaite.
Les émissions concernées : Complément terre, Bien-être, Solidarité/Vies à vies, Tout va bien (diffusées en journée puis multidiffusées entre 1 et 5 heures). Les films en VO ont presque tous été diffusés vers 22.00.
Direct 8 a sous-titré 238 heures de plus qu’en 2005 (+417% !) où 57 heures étaient accessibles.

W9
150 heures sous-titrées en 2006. W9 a une des rares chaines de la TNT à proposer des programmes sous-titrés. C’est sa première année de sous-titrage. En 2005, la chaine avait menée "une étude sur la mise en place de dispositifs adaptés tant d’un point de vue technique que financier, conformément aux nouvelles dispositions mises en place par la loi".

TMC
"La convention de TMC renvoie à un avenant ultérieur la fixation de l’obligation en matière de sous-titrage. Bien que TMC se dise soucieuse de l’accès de son offre de programmes aux personnes sourdes ou malentendantes, elle a estimé que ses moyens techniques de diffusion étaient insuffisants en 2006 pour un sous-titrage de ses programmes."

NT1
Aucun programme sous-titré en 2006 malgré les 3% obligatoires. Puisque, selon les termes du CSA, "NT1 ne montre aucun effort en matière de sous-titrage", elle est mise en demeure de faire changer les choses.
La chaine se justifie de la même manière qu’en 2005 : "les dispositifs spécifiques de sous-titrage de ses programmes destinés aux personnes sourdes ou malentendantes doivent, en TNT, utiliser la norme DVB Subtitling, qui suppose des investissements lourds en régie de diffusion". Tout comme en 2005, la chaine souligne le fait que cette norme n’est pas décryptée par tous les adapteurs. Et tout comme en 2005, la chaine s’engage à satisfaire ses obligations "à brève échéance".

NRJ 12
3% prévus par la convention de la chaine, 0% dans les faits. Aucun programme n’a été sous-titré en 2006 sur cette chaine. Le CSA a mis en demeure NRJ 12 de respecter ses obligations.
"NRJ 12 fournit dans son rapport d’exécution au titre de l’année 2006 la même réponse faite en 2005 à cette stipulation conventionnelle. NRJ 12 indique à nouveau qu’elle a approché plusieurs prestataires pour engager des procédures de sous-titrage de certains programmes mais qu’elle n’a pu trouver d’accord à des prix raisonnables. La chaîne indique que le financement du sous-titrage spécifique générerait un surcoût de 100 à 200% par heure diffusée. NRJ 12 fait référence à de nouvelles négociations avec des fournisseurs de programmes français ou étrangers, afin d’être en mesure à terme de proposer une part de ses programmes en version sous-titrée."

France 4
Les obligations de France 4 devaient être fixées en avril 2007. De ce fait aucun programme sous-titré pour les sourds et malentendants en 2006 mais tout de même 19 petites heures de version originale (dont des oeuvres cinématographiques de long métrage : Leningrad cow-boys go América, Somes voices, Devdas et la série télévisuelle britannique Doctor Who). La chaine "déclare cependant se préparer à assurer l’accessibilité de ses programmes en 2010."

BFM Tv
"La chaîne revendique une prise en compte des personnes sourdes ou malentendantes à travers l’affichage des titres et la mise à l’antenne d’un bandeau d’information."

I télé
"La chaîne souligne une prise en compte des personnes sourdes ou malentendantes à travers la mise à l’antenne, 17 heures/24 en semaine, d’un bandeau d’information. Ce dernier, dont la réalisation occupe deux personnes à plein temps, décline une actualité mise à jour en temps réel."

Europe 2 Tv
En 2006, la chaîne n’avait pas toujours pas d’obligations de sous-titrage. Les explications n’ont pas changées : "75% de son temps d’antenne étant constitué de musique, elle explique qui lui est difficile de rendre accessibles ses programmes. Ce genre d’émissions « génère des problèmes financiers, techniques et juridiques complexes ». La chaîne souhaite une dérogation étant donné sa programmation particulière."

Gulli
En 2005, la chaine déclarait que le sous-titrage n’était pas adapté aux programmes jeunesse. Son discours a évolué en 2006 : "Gulli a inséré dans ses contrats d’achat de droits de diffusion et de coproduction une clause demandant à ses cocontractants la livraison d’une version Ceefax lorsqu’une telle version est disponible. La chaîne souligne dans son rapport annuel qu’un nombre infime de programmes s’avère effectivement disponibles dans une version Ceefax et que tant que ce type de version Ceefax n’est pas généralisé, l’adaptation de l’ensemble de ses programmes générerait des coûts très élevés ne pouvant être supportés par la chaîne."

Commentaires

ARTICLES POPULAIRES

Twitter