Medias-soustitres

Le portail de référence sur le sous-titrage

Accueil > Cinéma > Actualités > Être obligée de prendre des RTT pour voir un film au cinéma, jamais.

Être obligée de prendre des RTT pour voir un film au cinéma, jamais.

Cinéma

Aujourd’hui, j’apprends que les cinémas MK2 de Paris, Quai de Seine et Quai de Loire remettent le couvert cette semaine en diffusant sur leur réseau les films français qui sont sous-titrés pour les sourds et malentendants. C’est une très bonne chose.

Il faut savoir qu’aujourd’hui, certains cinémas diffusent les films en version originale sous-titrée français pour un public qui est fan de l’audio en version originale mais qui pourrait avoir besoin du sous-titrage de temps à autre, ou des sourds et malentendants. Personne n’est parfait.

Jamais il a été imaginable que des films français avec des sous-titres en français soient diffusés en même temps que les séances en version originale. Il semblerait que le public soit gêné qu’il y ait des sous-titres à l’écran (lire quelque chose que l’on entend peut être perturbant si on est vraiment pas habitué, je le concède, mais quand même !), d’où la fameuse invention de ces lunettes sous-titrées qui furent pour moi un échec.

Les cinémas MK2 de Paris, Quai de Seine et Quai de Loire diffuseront à des heures creuses les films suivants "20 ans d’écart" le jeudi 21 mars à 13h10 et 15h20, "Au bout du conte" le vendredi 22 mars à 15h et 17h25, "Jappeloup" le lundi 25 mars à 13h15 et à 16h15 et enfin "La religieuse" le mardi 26 à 14h25 et 16h55.

Il me semble que ça va être des séances réservées aux personnes qui ne travaillent pas puisque ces séances se passent en journée et encore moins en fin de journée ou à destination des seniors.

Messieurs les exploitants, quand est-ce qu’on va pouvoir aller au cinéma en toute liberté, en toute impunité, sans devoir payer plein pot sa place de cinéma qui peut monter parfois à plus de 11 euros, sans devoir prendre un jour de RTT, parce que là on a 4 jours à prendre si on veut voir ces 4 films.

Faire comme tout le monde, y aller quand bon nous semble. Ne pas inventer des heures pour handicapés et non-handicapés.

Ne pas subir un apartheid [1] de la culture ?

Notes

[1Définition de Wikipedia : L’apartheid (mot afrikaans partiellement dérivé du français, signifiant « séparation, mise à part ») était une politique dite de « développement séparé » affectant des populations selon des critères raciaux ou ethniques dans des zones géographiques déterminées.

Commentaires

Répondre à cet article

Twitter