Medias-soustitres

Le portail de référence sur le sous-titrage

Accueil > DVD > En savoir plus... > Qu’est ce que le DivX ?

Qu’est ce que le DivX ?

DVD

Enlever le fantasme médiatique du progrès technique : ne pas confondre format et utilisation : divx ou le mp3 de la vidéo
Le divx est le nom d’un format vidéo issu du format professionnel MPEG-4. Son principal atout est historique : il a été inventé par un français de 27 ans à l’époque (Jérôme Rota) et un allemand répondant au pseudo de Max Morice qui cherchaient à ne pas dépendre des formats vidéos existants qu’il trouvait trop limités. Imaginé et développé par un français. Intégrant encore quelques lignes du format propriétaire de Microsoft, les développeurs ont monté leur projet Open Source intitulé « Projet mayo » afin que leur format vidéo soit totalement libre.

Alors pourquoi tant de bruit ? : 1 Film DVD = 1 CD DIVX
Le grand intérêt de la compression du divx, c’est que même si la compression est plus importante que d’autres codecs vidéos, celle ci permettait de faire tenir plus de vidéo sur un seul cdrom. En fait, ils sont arrivé à faire tenir un film entier sur un seul CD-ROM soit 10% à 20% de la taille originale d’un format DVD (MPEG-2)

Face à cela, beaucoup ont enfin compris l’intérêt de ce format afin de pouvoir dupliquer des dvd trop lourd pour être recopiés par le biais d’un ré-encodage en Divx. En clair, le divx était la seule méthode de compression permettant de pouvoir faire cette conversion en admettant une légère perte de qualité. Simple, accessible le divx est devenu la star des piratages vidéos, puisque accessible à tous et de plus en plus facile a mettre en œuvre grâce à des logiciels facilitant de plus en plus facilement une copie de DVD.

Et la légalité dans tout ça ?
Comme pour le mp3, le divx n’est pas responsable de son utilisation détournée, à savoir la duplication et le piratage des DVD.

Le divx présente un réel intérêt comme support à la création et à la diffusion de films. Les industries du court métrage et du films s’y intéressent d’autant plus qu’il permet des s’affranchir des coûts encore très élevés des pressages de DVD, tout en conservant de nombreuses possibilités techniques.

Le piratage et la copie de DVD sont fortement punis par les autorités françaises, et la facilité technique du piratage ne doit pas faire oublier les limites légales de celui-ci. Le plus fort exemple en a été donné au mois de juillet avec l’arrestation de 110 personnes faisant partie d’un forum d’échange de Divx.

On doit regretter l’hypocrisie qui tourne autour du DivX est qui est exactement la même que celle des copies de fichiers mp3. De nombreux logiciels de fabrication marquent clairement la facilité de copier des DVD alors que l’action de copier ce DVD ne peut se faire que si vous possédez l’original.

Limites du DIVX
Les limites de ce format tiennent dans sa capacité de diffusion. Le divx n’est pas lisible a l’heure actuelle sur un lecteur de salon (à une ou deux exception près : le lecteur Kiss / le lecteur H&B et le Waitec DVD X4 ) ...

La tendance montre que nous aurons bientôt des lecteurs enregistreurs numériques performant et simples d’emploi. Pour l’heure, ces matériels sans être très onéreux (autour de 300 euros) s’adressent surtout à des utilisateurs confirmés.

Enfin pour créer un Divx, même si de nombreux logiciels apparaissent chaque jours, il vous faut quand même des disques durs de grandes capacités, un PC multimédia assez évolué et un processeur assez rapide. Faire un Divx demande souvent quelques heures de fabrication et reste donc le loisir de fans d’informatique multimédia.

Mais alors quel intérêt nous ?
Pour nous, le divx présente une possibilité révolutionnaire : faire soi-même des sous-titres sur un film qui n’en comporte pas.

Actuellement si un distributeur décide de ne pas faire un sous-titre pour son film, et bien, on n’à plus qu’à pleurer...

Le divx permet en effet d’ajouter des sous-titres, des les éditer soi-même et tout cela à partir d’un simple PC multimédia. Je prends un exemple simple : il aura fallu attendre la 4e sortie du dvd des « tontons flingueurs » pour que le texte des dialogues de l’extraordinaire Audiard puissent enfin figurer sur le DVD. Si le DVD n’était pas sorti, je pense que j’aurais encodé le film et fait moi-même mes sous-titres (étant entendant) pour en faire profiter mon amie (qui elle est malentendante).

Si nous parlons de DivX, sur le site de medias-soustitres, c’est qu’il nous prend à rêver que l’on pourrait s’échanger ces fameux sous-titres pour les DVD ou même des émissions enregistrées à la télévision mais qui ne sont pas et ne seront sans doute jamais sous-titrées.

Ici on ne parle pas de piratage ou de copie de films, mais juste de ne pas s’avouer vaincu quand les distributeurs jugent non-commercial le fait de mettre des sous-titres pour une « minorité » de personnes.

Nous ne remettons pas en cause leurs droits légaux sur l’œuvre qu’il diffusent, nous proposons d’utiliser la technologie disponible pour faire face au handicap, et faire face à la pression économique de ces distributeurs qui juge le public malentendant commercialement non intéressant.

Commentaires

Répondre à cet article

Twitter