Medias-soustitres

Le portail de référence sur le sous-titrage

Accueil > Télévision > Séries / Interviews > Absolutely Fabulous

Absolutely Fabulous

Télévision


Saffy Monsoon finit par atteindre sa maturité, même si elle a presque 30 ans, alors qu’Absolutely Fabulous revient pour une nouvelle série. Saffy, la fille raisonnable, opprimée et caustique d’Edina, troque son cardigan sans charme pour une sorte de caftan africain coloré dont l’ampleur masque un ventre arrondi. Edina va devenir grand-mère et il va lui être très difficile de s’y faire.

« Saffy est partie en Afrique pour travailler dans l’aide humanitaire, elle rencontre quelqu’un là-bas et tombe enceinte » explique Julia, visiblement ravie de la métamorphose de Saffy en femme. Saffy est partie depuis trois mois et Edina reconnaît presque qu’elle lui a manqué. « Les fruits défendus ont meilleur goût quand Saffy est là » se lamente-t-elle, tandis que tout ce que Patsy trouve à dire c’est : « Chaque jour où Saffy n’a pas été là a été un jour de rigolade ! »

Les sentiments d’Edina changent vite quand Bubble, son assistante sans cervelle, lui transmet un message indiquant que Saffy est sur le point de rentrer. Tout le monde sur le pont tandis qu’Edina doit nettoyer des mois de pagaille accumulée pendant l’absence de Saffy. Même Emma Bunton, une des clientes de la société de RP pour célébrités d’Edina, et ancienne camarade de classe de Saffy, passe un tablier pour aider à nettoyer la maison.

La première fois qu’elle aperçoit Saffy, Edina pensent que les courbes féminines de Saffy sont dues à une « fatalité génétique cruelle, la forme saucisse qui s’empare de nous toutes » mais, pour une fois, elle est à court de répartie quand Saffy lui annonce qu’elle attend un bébé. « Elle n’est pas exactement transportée de joie à cette idée et elle n’apprécie certainement pas qu’on l’appelle mamie » s’amuse Julia. Mais elle réalise vite que le bébé de Saffy pourrait devenir le parfait accessoire de mode.

Cette grossesse permet à Saffy de laisser tomber le cardigan et d’expérimenter de nouveaux vêtements . . . mais pas trop. Quand on pense à Saffy, on pense immédiatement à ses cheveux, à ses lunettes et, bien entendu, à son sens atroce de la mode ; tout le contraire de Julia elle-même, élégamment vêtue d’un tee-shirt moulant rouge et de jeans, tenue que Saffy préférerait mourir que de porter. « Elle a adopté le caftan quand elle était enceinte, elle est devenue un peu ethnique » révèle Julia, qui tourne actuellement une nouvelle série de Jonathan Creek dans laquelle elle joue le personnage de Carla Borrego, la détective amateur ambitieuse mais très classique et très déterminée.

« C’est difficile parce que je ne pense pas que les personnages changent réellement beaucoup leur style et Saffy n’a aucun sens de la mode et ne va pas tout d’un coup en trouver un. Jennifer [Saunders] est toujours horrifiée chaque fois qu’elle me voit dans quelque chose. Dans la première version de la saison, elle a écrit que Saffy s’était épanouie et je pense qu’elle s’attendait à ce qu’elle se révèle dans toutes ces superbes tenues » déclare-t-elle en riant.

Une des scènes les plus drôles de la série 5 se produit quand Saffy donne naissance à son bébé, Jane (ou « Lola », comme sa mamie Edina préfère l’appeler). Comme on peut s’y attendre, une naissance dans Ab Fab ne va pas se dérouler comme prévu, notamment quand Saffy décide d’avoir son bébé chez elle. Elle découvre, pourtant, qu’Edina se montre étonnamment utile et encourageante. « L’accouchement à domicile est chaotique mais ça a été un grand moment de rigolade » dit Julia. « Eddy est là et finit par se révéler très bonne, et même très utile en réalité. C’était charmant, j’ai adoré faire ces scènes avec Jennifer. »

« Je pense que c’était très important pour Saffy d’évoluer un peu. Autrement, on se dirait, pourquoi elle supporte tout ça, pourquoi elle ne part pas ? Mais maintenant qu’elle a un bébé, elle a une raison pour rester dans la maison. »

« Je pense que le bébé adoucit Edina en fait. Elle s’est entichée d’elle mais elle s’énerve parce que le bébé pleure tout le temps et qu’elle n’a plus sa maison pour elle-même ; elle est pleine de trucs pour bébé » ajoute-t-elle.

N’ayant elle-même pas eu le parfait modèle de mère, comment Saffy se sort-elle de sa maternité ? « Elle essaye de donner au bébé des habitudes très strictes parce qu’elle veut être la meilleure mère possible. Elle fait tout dans les règles et tout cela la stresse plutôt. Elle a aussi relativement peur. »

En plus de devoir assumer sa maternité, Saffy doit également supporter une grand-mère (June Whitfield) qui perd petit à petit la boule, ainsi que les moqueries incessantes de Patsy (Joanna Lumley). « Patsy est stupéfaite que quelqu’un ait pu coucher avec Saffy. J’adore faire toutes ces scènes où je suis vraiment une garce avec Patsy ! Et grand-mère et plus cinglée que jamais ! Elle pense que tout va très bien et elle passe son temps à tricoter pour le bébé. »

Travailler avec Joanna, June et, bien entendu, Jennifer, a été une grande motivation pour Julia quand elle a auditionné pour la première fois pour le rôle de Saffy. « J’étais une grand fan des trois. Je me rappelle qu’on m’a donné un très grand texte à lire à l’audition et j’ai pensé que c’était un rôle vraiment savoureux avec lequel je pourrais me régaler. »

Si elle n’avait pas eu le rôle de Saffy, Julia aurait pu très facilement jouer celui de Bubble. Elle en contrefait la voix à la perfection et reconnaît ne pas pouvoir s’arrêter de l’imiter, même en face de Jane Horrocks, qui joue l’assistante de direction sans cervelle. « Jennifer m’a fait faire Bubble une fois dans une séance de lecture » s’amuse-t-elle. « Je ne peux pas m’empêcher de faire sa voix devant Jane et je m’en veux toujours terriblement. Elle dit [en adoptant la voix de Bubble] ‘Tu es trop bonne Julia. Mais je ne t’en veux pas pourtant parce tu le fais vraiment bien. Bubble s’est bien embourgeoisée dans cette série.
Même si l’essence principale de Saffy provient visiblement de l’écriture de Jennifer, Julia reconnaît qu’il existe quelques personnes sur lesquelles elle a basé le personnage. « Je suppose qu’il y a un peu de ma mère, elle était très sévère, et aussi une de mes amies avec qui j’ai grandi ; elle est aujourd’hui maître de conférences à Oxford ; elle est très intelligente et très studieuse mais elle est vraiment très caustique. »

« Nous avons tous un côté vraiment bon, un côté saint, je pense, et on peut simplement s’en inspirer. Saffy est le genre de personne que nous aimerions tous être, moralement sans reproche et qui fait tout dans les règles. On voudrait juste qu’elle sache un peu mieux s’habiller » dit-elle en riant. Avec d’aussi élogieux commentaires sur cette sainte-nitouche de Saffy, est-ce que Julia pense qu’elle serait amie avec elle si elle la connaissait dans la vraie vie ? « Oui, je pense que oui » affirme-t-elle après une longue pause. « Elle est très spirituelle. En fait, ce qu’il lui faut c’est une psychothérapie et, si j’étais son amie, c’est ce que lui conseillerais ! Je pense qu’elle serait très intéressante en tant qu’amie qu’on voit peut-être deux ou trois fois par an. Et c’est elle qu’on appellerait si on passait à Qui veut gagner des millions ? » dit-elle en riant. « Elle serait certainement mon amie à appeler ! »

Onze ans après ses débuts, Absolutely Fabulous est toujours aussi populaire, ayant acquis le statut de série culte au pays des sitcoms. Alors qu’aucune de ses stars ne savait que ce serait un si gros succès, Julia pense que c’est grâce aux personnages que celui-ci perdure. « Ils sont tous si différents les uns des autres et si extrêmes » dit-elle. « C’est intéressant de voir les affrontements entre les diverses personnalités ; ils ont tous un côté imprévisible et on a ce sentiment que les choses vont exploser, et c’est captivant. La vie est comme ça, les gens ne s’entendent pas toujours quand ils vivent ensemble. »

« Une autre chose géniale c’est qu’elles se foutent vraiment d’elles-mêmes. Jennifer et Joanna sont très très drôles. »

« J’étais en train de penser à ça quand j’étais en répétition l’autre jour. J’ai ri toute la journée, chaque jour, pendant trois jours d’affilé et c’est vraiment un bonheur de se lever le matin pour aller travailler. Je n’arrêtais pas de me dire, je suis la personne la plus chanceuse du monde de travailler avec toutes ces filles. J’espère que ça n’a pas l’air sexiste mais c’est vraiment super de travailler avec un groupe de femmes. Il n’y a pas d’ego et tout le monde dans la pièce a tant de talent ; c’est un bonheur de voir les gens au travail. »

Commentaires

Répondre à cet article

Twitter