Medias-soustitres

Le portail de référence sur le sous-titrage

Accueil > Télévision > Séries / Interviews > Lost, les disparus

Lost, les disparus

Télévision

Interview avec Josh Holloway (l’interprête de Sawyer), le 10 Octobre 2004 par Judy Gaultney, de OnSat magazine traduction du site lost-island.net.

Judy Gaultney : Bonjour, je suis Judy.
Josh Holloway : Judy, je suis Josh Holloway.

Bonjour !
Bonjour, comment allez vous ?

Bien et vous ?
Ça va, ça va. Et vous ? ça va aujourd’hui ? Tout est cool ?

Oui, tout va bien. C’est un merveilleux vendredi après plusieurs jours tristes sous la pluie.
D’où êtes-vous ? Je peut percevoir un accent du sud.

Je suis de la Caroline du Nord.
Ooh ! Je viens de Géorgie.

Je le sait. Je l’ai vu dans votre bio, et je me suis dit, « hey, il ne va pas rire de mon accent ».
Bien sur que non. En fait, j’aime assez.

J’ai interviewé un de vos camarades Britannique il y a de ça quelques semaines, et la première chose qu’il m’a dite est, « D’où appelez-vous ? Votre accent est adorable ».
Était-ce Dominic Monaghan (Charlie, dans Lost) ?

Non, je n’ai encore jamais interviewé personne de votre série. C’était Callum Blue de « Dead Like Me » sur Showtime.
OK. Oh, oui, oui, oui, OK.

Oui, je lui ais dit que je conserverait mon accent s’il garde le sien.
Oui. C’est une grande opportunité que de pouvoir jouer le rôle que j’ai en ce moment avec et accent plutôt que de chercher à le masquer.

Oui, j’apprécie vraiment lorsqu’ils permettent aux gens de paraître venir de différentes parties du pays.
C’est vrai. La télévision essaye de faire correspondre les gens à un certain format.

En quelque sorte d’homogénéiser tout le monde
C’est ca. C’est le mot.

Je voulais vous poser quelques questions sur Lost, mais également sur votre carrière. Je n’ai vu que le pilote, et j’ai vraiment été intriguée. Ça ressemble à un film.
Bien. C’est ce que nous cherchions a obtenir.

Sawyer semble être suspicieux de nature et presque antagonique.
Absolument.

Lorsque nous publierons cet article, le cinquième épisode sera diffusé. Quand apprendrons nous ce qui se cache derrière la mauvaise attitude de Sawyer ?
Vous apprendrez cela dans l’épisode sept. J’ai justement eu le script hier, et je suis moi même choqué. Ouais, l’épisode sept sera son flash-back.

Ok. je ne vais pas vous poser des questions la dessus, car je sais que vous n’êtes pas autorisé à m’en parler.
C’est vrai, je ne peux pas, mais cela révèle le contenu de la lettre qu’il lisait.

Vous êtes donc l’une des personnes qui a un secret ?
Oui, j’en ai un. C’est vraiment drôle car au début du pilote, j’adore la façon dont ces gars travaillaient. J.J. Abrams et Damon (Lindelof) sont venus dans ma caravane sous la pluie et ils m’ont dit, en gros, « C’est ce qu’il y a dans la lettre. N’en parle à personne. » Et là vous vous dites « Oh, mon Dieu, mais ça change tout ! ».
Ils font ça. il arrivent et ils vous donnent une petite information. C’est comme si nous partions du principe qu’on a besoin de savoir pour continuer, et je ne l’ai donc dit à personne dans la distribution.

Pensez-vous qu’ils font cela afin que vous ne placiez pas des indices sur ces choses dans la série un peu prématurément ?
Oui, c’est sur. Mais je pense qu’ils font aussi cela car ces moments sont différents lorsqu’ils sont « frais ». Lorsque votre esprit, comme toute personne normale, commence à s’imprégner de toutes ces choses, on commence à relier toutes ces idées entre elles, mais elles ne sont pas forcément nécessaire à la mythologie si vous les jouez simplement, sans tenir compte du reste. Cependant, c’est important qu’ils viennent de temps en temps et qu’il vous donnent quelques informations car cela donne du relief à votre jeu, mais ils ne vous donne pas trop de temps non plus pour le travailler. Juste assez pour, en quelque sorte, le ressentir, vous en imprégner, puis vous devez le retranscrire. Boom. J’aime la manière dont ils travaillent. Par exemple, le monstre, je ne sais pas ce que c’est. Je ne sais toujours pas. Ils ne nous le disent pas. Ce qui influe sur notre jeu. Aucun d’entre nous ne sait réellement ce que c’est, c’est donc la peur de l’inconnu, vous savez, tant que ça demeure ainsi, qu’on sait qu’il y a quelque chose dehors... C’est ce genre de truc. C’est un peu comme cela que ça marche, et on aime ça. Mais dans l’épisode cinq, vous n’allez vraiment pas m’aimer. (Il rit)

Vous devenez mauvais ?
Oh, ouais. C’est vraiment le gars que vous allez aimer haïr. Mais la beauté dans tout ça, c’est qu’il y a toujours une possibilité de rachat. Il sait qu’il est n’est pas bien, ce qui est la clef. Il peut défier les autres, et tout, mais ils saisiront ce moment, lorsque les gens s’en vont et que vous vous interroger, « Eh, cela vient bien de quelque part ». Donc, j’aime cela, la façon dont ils construisent tout ça en ne laissant personne replié sur lui même pour le moment. Mais ils savent qu’ils y a bien quelque chose.

Aimez-vous jouer ce genre de rôle, un personnage fort, pas du tout naïf ni peureux ?
J’adore cela, je l’adore, parce que c’est une partie de chacun d’entre nous que nous n’osons pas montrer, c’est politiquement incorrect. Ça n’est pas accepté en société, mais on a tous cette facette à laquelle on pense parfois, genre « Mec, si je pouvais dire ce que je pense réellement de cette personne ». Et vous ne sortez pas cela. Je suis du Sud, vous êtes du Sud, et vous savez qu’on a grandit avec un conditionnement qui nous pousse à ne pas dire ce genre de choses. J’en ai donc stocké beaucoup de choses en moi que je peut utiliser. J’ai beaucoup de ressources pour cela, et c’est vraiment très libérateur pour un artiste de laisser cela sortir et de se laisser conduire, réellement le ressentir et le laisser sortir. C’est à la fois gênant et libérateur en même temps. C’est gênant. Être du Sud et être le gars que j’ai toujours été dans ma vie, j’ai plus vécu du bon coté de la vie. J’ai un coté sombre, mais je ne viens pas de là. Beaucoup d’artiste aiment venir de là. En fait, ce n’est pas ma nature, c’est donc une découverte pour moi d’être capable de faire cela, et de me trouver, j’ai eu le script et je me suis dit, « Oh non, il est encore pire. Oh non »

Vous voulez qu’il devienne meilleur, hein ?
Je veux qu’il obtienne sa rédemption, mais ça n’est pas dans la nature du personnage. Et c’est dur à accepter car une part de moi veut le lui apprendre, le faire devenir meilleur. Et les scénaristes vous disent, « Non, non, non, ça va venir ». Et là vous vous dites, « Ok, Ok » Et vous placez un « Je ne pourrais pas l’aider un peu ? Je peux le faire ? » et là ils répondent « Non, mais tu peux le préparer pour plus tard ». Et la je me dis, « Wow, Ok ».

Que pouvez-vous me dire de Sawyer dans les épisodes deux à quatre ? Je sais que vous ne pouvez pas me dire les derniers trucs, mais puisque l’épisode cinq sera diffusé la semaine prochaine, que vous est-il arrivé du pilote jusqu’à maintenant ?
Voyons voir, sans vous révéler quoi que soit. Bon sang, ça va être long. Je suis mauvais pour ça car je me dis, « Ouais, ceci est arrivé et cela s’est produit aussi. » Il ne dit sans excuse possible pas qui il est aux autres. Il y a certaines choses qu’il a faites et qui, bien sur, affectent tous les autres personnages, mais il ne s’en soucie gère. Il fait quelque chose qui le rend indispensable dans un sens. Les gens ont besoin de lui. Il crée donc un besoin pour les autres afin qu’ils aient besoin de lui. Ça n’est pas vraiment une bonne manière. C’est indéniable. Mais une fois encore, il est instinctif, et il se prépare pour survivre. Il survit, et il va être l’un des gars, dans son esprit, qui quittera cette île. Dans ces épisodes, il met cela en place en quelque sorte. Tandis que les autres s’entraident réellement pour traverser cette épreuve, s’entraident pour survivre, mon gars se la joue solo. Il se fiche de ce que vous faites, de la femme enceinte, ou n’importe qui, tant qu’il n’y a rien en contrepartie pour lui.

Est-ce que l’on va finir par savoir pourquoi le chien de Walt n’est pas venu près des gens plutôt que d’errer dans les bois ?
Je ne crois pas en fait. Il a été retrouvé et on le verra un peu plus dans les parages. Il est là, mais il ne s’en inquiètent pas tout de suite. Il le feront plus tard. Oh, cette histoire devient si intéressante. C’est tellement intéressant maintenant. Avec le pilote, ils ont mis tellement de choses en avant, et mis en place tellement d’histoires, le crash et tout ça. À partir de l’épisode cinq, vous allez vraiment connaître chacun des personnages et savoir ce qu’il se passe avec ces gars, et les alliances qu’ils sont en train de former, ainsi que les choses que ces gens font et qui ont un effet sur différentes autres choses, différents groupes, et comment ils s’affectent les uns les autres. Ces flash-backs ouvrent vraiment des portes. Ce qui apporte un grand dynamisme au tout.

Ouais, j’adore les flash-backs. J’étais sûrement autant surpris que tout le monde lorsqu’on découvre que Kate porte des menottes.
Oh, ouais, et ils ne nous ont toujours pas dit pourquoi.

Même à l’épisode cinq, vous ne le savez toujours pas ?
Non, vous savez, on a des flash-backs, mais ce ce qui est génial avec ces scénaristes. Il vous donne suffisamment d’informations pour vous laisser perplexe, mais ils vous laissent avec encore plus de questions.

Ouais.
Et ils l’appliquent, bien sur, directement dans la story line qui vient. Ils vont donc utiliser cette dynamique afin de creuser de plus en plus chacun des personnages avec les flash-back qu’ils auront. Il vous donneront une base et ils apporteront une réponse à certaines questions pour vous, tout en en créant encore plus. Mon personnage, à partir de l’épisode sept, s’ils ne veulent pas le tuer d’ici là, va vous faire penser, « Oh, OK vous ne lui pardonnerez pas totalement mais vous commencerez à voir une possibilité de rédemption ». Comment je suis ? je suis peut être trop vague ?

C’est parfait. Si les gens n’ont toujours pas regardé la série d’ici que cet article paraisse, nous espérons qu’on leur en dise suffisamment mais qu’on ne leur en dise pas trop, juste de quoi les intriguer et les faire regarder. Je sait qu’il y a 48 survivants, mais ils ne pourront pas s’en sortir avec 48 personnages, non ?
Non. Ce qu’ils font c’est que... En fait, il sont en quelque sorte en arrière plan. Ils sont tout autour. Nous avons tous des choses importantes à faire car nous devons survivre. Nous devons faire ceci, nous devons faire cela, et donc on a seulement une vision d’ensemble de l’arrière plan, et vous ne les voyez pas vraiment, leurs visages... On fait des choses importantes. Et cela va, à court terme, devenir très difficile à cause de la nature de l’île sur laquelle on se trouve, on va devoir faire ceci, et encore faire cela... vous savez, il y a des choses contre nous.

Je pensait que la distribution serait amochée un petit peu par les créatures mystérieuses.
Oh, ouais, et c’est ce qui fait la beauté d’un tournage. On croit qu’il y a beaucoup de gens, alors qu’en fait il n’y en a pas tant que ça. Ils créent cela. Il placent aussi occasionnellement certaines personnes au premier plan en leur donnant une ligne ou deux, et c’est aussi une réserve de laquelle il feront sortir des guest-stars, on n’en aura pas seulement dans les flash-backs. Ils sortiront des gens de là, probablement pas en tant que personnages réguliers. Vous vous souvenez de Star-Trek ? Ils sont à bord de ce grand vaisseau avec beaucoup de monde, non ? Mais vous ne voyez qu’eux, peut être que les autres vont en mission et que l’un d’entre eux est tué. Ce genre de truc. Je pense que c’est comme cela qu’ils seront utilisés, pour ça, et pour rajouter du dynamisme. On a tous ces gens autour, essayant de survivre. Cela enrichie la série, de les avoir autour.

L’une des choses que j’ai remarqué dans le pilote, c’est que personne ne semble vouloir organiser quoi que ce soit. Par exemple, pourrait-on récupérer de la nourriture dans les restes de l’avion ? Sauf pour le Coréen, qui ramasse ces coquillages pour nourrir la femme enceinte et Boone qui mange une barre chocolatée, on ne voit pas vraiment quelqu’un chercher de la nourriture. Pourquoi ne créent-ils pas un genre d’abris ? Ne devrions-nous pas avoir un groupe qui irait chercher les personnes blessées ? C’était pour moi un problème. Vont-ils continuer à se comporter comme cela pendant longtemps ?
Oui, c’est exactement ce qu’il s’est passé. Vous devez comprendre que chacun des épisode est un jour ou deux passé. Donc dans les premiers épisode, ils ont de la nourriture provenant de l’avion et le gars obèse, Hurley... (Je l’interromps)

Je l’adore !
Je l’adore aussi ! C’est aussi un type génial. Il distribue la nourriture à tout le monde. Vous avez vu les deux heures ou seulement la première ?

J’ai vu les deux heures, la première se termine sur vous abattant un ours polaire, et la seconde avec Charlie qui dit, « Les gars, ou sommes nous ? »
Ouais, c’est ça, c’est ça. Vous avez vu les deux heures. Ça fait en fait un jour et demi, ou deux, qu’ils sont ici. Dans l’épisode suivant, je ne crois pas qu’ils s’en occupent non plus, mais à partir du quatrième, on s’en occupe véritablement. Les gens s’organisent, dans un premier temps, pour l’eau, c’est le principal. Nous devons aller chercher de l’eau, nous devons aller chercher de la nourriture. On a tout cela à faire, et bien sur tout le monde demande, « Qui a de la nourriture ? Qui a de l’eau ? » y compris mon personnage, tout le monde en fait. Qui a quoi ? c’est ce qui arrive, et à partir de là, des alliances sont créées. Je ne veux pas vous en dire trop, mais cela arrive. Car on ne dit pas au reste des gens ce qui est arrivé lors de notre retour, on ne veux pas créer de panique.

Vous gardez secrète l’information sur l’ours polaire ?
C’est exact.

Et au sujet de la transmission que vous avez découverte, de cette personne coincée sur l’île depuis 16 ans ?
Je ne sais pas si je dois vous le dire. C’est confidentiel. Nous voulons garder l’espoir que nous allons être secourus et bien que l’on aie capté cette transmission, on ne sait pas tout. Il y a toujours un espoir qu’on soit secourus. C’est donc confidentiel, et bien sur, lorsque c’est gardé secret, ça change beaucoup de choses. Pas sur tout le monde, mais ça a un impact sur certaines personnes, et sur d’autres personnes, ça a un effet encore différent. Certaines choses seront confidentielles. Comme je le dis, dans le pilote, ils doivent vous raconter l’histoire. Maintenant, ça va se compliquer en fonction de la façon dont les événements vont arriver. Ouais, il y aura des trucs qui nous feront nous demander « Mais pourquoi ils gardent cela secret ? » et les scénaristes vont nous répondre, « Attendez juste un peu. C’est de la TV. Vous allez comprendre. Ce n’est pas un film qui se termine au bout de deux heures ». Donc certaines choses seront révélées, et oui, peut être que dans d’autres circonstances, les gens auraient agit différemment. Ou peut être que non. C’est ce que l’on veut créer. On veut que tout le monde se pose ces questions, « Pourquoi ne fais-tu pas cela ? » Cela veux dire que vous vous projetez dans cette situation, et que vous feriez ce que vous souhaiteriez faire. Et c’est ce que l’on veut créer. Nous voulons que tout le monde se pose ces questions. Et si vous étiez coincé sur une île ? Que feriez vous ?


Lost, les disparus est Médias sous-titrés : la preuve !

Commentaires

Twitter