Medias-soustitres

Le portail de référence sur le sous-titrage

Accueil > Télévision > Séries / Interviews > Lost, les disparus

Lost, les disparus

Télévision

Interview avec J.J. Abrams (le producteur de la série) par Gilles Toucas pour Tv Hebdo.

Comment est née l’idée de Lost ?
L’auteur Damon Lindelof (Preuve à l’appui, sur TF1, et Nash Bridges, sur France 2, NDLR) m’a approché avec l’idée d’une bande de voyageurs qui se retrouvent sur une île n’existant sur aucune carte. J’ai tout de suite accroché et nous avons tra vaillé quatre jours sur une présentation afin de séduire les patrons de télé. Lost est certainement le succès le plus rapide de ma carrière. En quelques jours, je suis passé d’une rencontre avec un auteur à la production du premier épisode. Tout le monde était emballé par le concept.

Aux États-Unis, Lost semble dépasser le succès de votre autre production, Alias...
Je crois que les téléspectateurs deviennent vite accros à cette fiction qui mélange plusieurs genres. Il y a un aspect surnaturel qui peut rappeler X-Files, mais aussi des relations humaines fortes. Cela permet à chacun de s’identifier avec l’un des quarante héros.

Ne craignez-vous pas d’en faire trop avec l’étrangeté, comme la présence d’un ours polaire sur cette le tropicale ?
Je voulais installer une ambiance un peu surnaturelle dans le pilote pour donner un côté dangereux et mystérieux à l’île. Mais le reste des épisodes se concentre sur les individus. Au fil du temps, le téléspectateur va découvrir le passé de chaque rescapé et comprendre ce qui l’a entraîné dans ce crash. Je crois que nous tenons la recette télé idéale pour durer dix ans !

Vous êtes le réalisateur de Mission : Impossible III. Est-ce la concrétisation d’un rêve ?
Oui, j’ai grandi en regardant Mission : impossible à la télé et je pensais à ce feuilleton en écrivant Alias. Je voulais entourer mon héroïne, Sydney Bristow, d’une équipe, comme James Phelps dans Mission : impossible, avec sa bande d’agents. Tom Cruise a fait un sacré boulot en réussissant l’adaptation du feuilleton des années 1960 au cinéma. C’est lui qui m’a contacté pour le troisième volet. Il ne connaissait pas Alias. Depuis notre premier rendez-vous, Cruise a vu tous les épisodes de mes séries en DVD !

Quelle est l’importance des DVD dans la carrière de vos feuilletons ?
C’est capital pour Alias. L’intégrale de nos précédentes saisons en France, par exemple, a été un gros succès.


Lost, les disparus est sur Médias sous-titrés : la preuve !

Commentaires

Twitter