Medias-soustitres

Le portail de référence sur le sous-titrage

Accueil > Télévision > Actualités > Soirée électorale sur France 3 : « Faut pas rêver »

Soirée électorale sur France 3 : « Faut pas rêver »

Télévision

La soirée de france 3 sur les régionales se résume au titre de son émission documentaire : « Faut pas rêver »

La société qui s’occupe du sous-titrage de la soirée élection de FR3 nous a gentiment envoyé ce communiqué.


Les raisons techniques qui ne permettent pas d’afficher correctement le sous-titrage durant les soirées présentant les résultats des élections régionales et cantonales sur France 3 s’avèrent incontournables, du fait des décrochages régionaux qui diffusent en permanence les résultats obtenus dans les différents cantons. En conséquence, le sous-titrage de l’édition nationale qui était prévu dimanche 28 mars est annulé. Nous en sommes vraiment désolés.

Evelyne Hamon
Système RISP


Voter, c’est notre devoir de citoyen de faire un choix
Avoir le choix de son information, c’est un droit de citoyen

J’en ai marre des promesses. Pas des politiques, non, chacun se fera son opinion et le démocratie offre ce choix de donner le pouvoir d’une nation ou d’une région à celui que l’on préfére.

NON, j’en ai marre des promesses des chaînes privées et publiques, marre de ceux qui nous disent que ca va « bientôt » arriver, que cela demande « énormément d’efforts » ...

AVOIR UN ACCES A L’INFORMATION EST UN DROIT CITOYEN.

Le scandale de la soirée non sous-titrée de FR3 ne fait que renforcer une semaine de non-information. Combien d’émissions politiques, combien de débats, combien de documentaires de société sur des sujets d’actualité avons-nous manqué ces derniers mois faute de sous-titrage ...

Nous n’avons pas le choix de notre information. Ce soir, c’est France 2 obligatoire pour tout le monde. Pas le choix, et comme d’habitude pas d’informations sur cette annulation de dernière minute, c’est la société qui fait le sous-titrage qui doit nous le dire elle-même, parce qu’à la direction de la communication de France 3 on se prépare une super soirée à gros audimat, alors les handicapés désolé, faudra attendre l’aumône, faudra atendre qu’on veuille bien s’occuper de nous. Pas de communiqué de la part de FR3 ni sur leur site, ni ailleurs, pas d’excuse, pas d’explications. De toute façon ça n’intéresse personne (?).

MARRE D’ETRE UN CITOYEN MIS A PART

Je me dis souvent que si nous avons à avoir à faire face à une catastrophe, on nous laissera crever chez nous parce que nous on a pas la « chance » d’entendre les communiqués à la radio, ou les appels à la vigilance dans le métro par haut-parleur, ou par les flash spéciaux à la télévision, qui puisque c’est du direct ne seront jamais sous-titrés.

En bref, vous avez le droit d’avoir les miettes, mais l’info, la vraie, faut la laisser aux valides, aux citoyens de plein droits, ceux qui entendent bien, ceux qui marchent bien, ceux qui font partie de cette immense majorité de gens dit « normaux » parce qu’aucun de leur sens ne leur manque (ou ne les pas encore laissés tomber).

Tu verras, toi qui te crois si fort de ne pas être handicapé, le jour où ta vue et ton ouie baissera, le jour où courir te sera plus difficile, le jour où tu aura à perdre une partie ou une fonction de ton corps que tu croyais acquises à jamais, tu verras alors comme soudainement la vie devient plus compliquée et surtout tu verra comme la grande majorité de ceux qui t’entourent s’en foute complêtement. Enfin pas tous heureusement ...

Ce soir, moi qui suis entendant, moi qui suis valide, je ne suis pas fier de devoir faire le résumé de la soirée à celle avec qui je vis parce que l’info n’est pas sous-titrée, je ne suis pas fier de devoir remplacer les pouvoirs publics qui veulent bien de son bulletin de vote, mais qui eux ne remplissent pas leur part de citoyenneté en refusant de lui dire le résulat de celui-ci.

Si vous voulez des citoyens, agissez comme tels, messieurs les responsables politiques. Donnez nous le droit d’exercer le droit à l’information que vous nous promettez dans votre future loi sur le handicap, et par citoyenneté, et non par pitié, donnez nous le droit de choisir pas celui de subir

2 Commentaires



Répondre à cet article

Twitter